Dissertation philosophie autrui

Autrui - la philosophie au bac 2013La philosophie

D'un côté, en effet, le pardon n'appartient pas à l'ordre juridique; il ne relève même pas du plan du droit. Il faudrait en parler comme pascal parle de la charité dans le fameux passage sur les «trois ordres ordre des corps, ordre des esprits, ordre de la charité. Le pardon échappe en effet au droit aussi bien par sa logique que par sa finalité. D'un point de vue, qu'on peut dire épistémologique, il relève d'une économie du don, en vertu de la logique de surabondance qui l'articule et qu'il faut bien opposer à la logique d'équivalence présidant à la justice; à cet égard le pardon est une valeur non. Mais il n'échappe pas moins au droit par sa finalité. Pour le comprendre il faut d'abord dire qui peut l'exercer. Absolument parlant, ce ne peut être que la victime.

«En principe, donc, toujours pour suivre une veine de la tradition abrahamique, le pardon doit engager deux singularités : le coupable (le « perpetrator comme on dit en Afrique du birthday sud) et la victime. Dès qu'un tiers intervient, on peut encore parler d'amnistie, de réconciliation, de réparation, etc. Mais certainement pas de pur pardon, au sens strict ». «quand la victime et le coupable ne partagent aucun langage, quand rien de commun et d'universel ne leur permet de s'entendre, le pardon semble privé de sens, on a bien affaire à cet impardonnable absolu, à cette impossibilité de pardonner dont nous disions pourtant tout. Pour pardonner, il faut d'une part s'entendre, des deux côtés, sur la nature de la faute, savoir qui est coupable de quel mal envers qui, etc.». «Le pardon pur et inconditionnel, pour avoir son sens propre, doit n'avoir aucun « sens aucune finalité, aucune intelligibilité même. C'est une folie de l'impossible » Elie wiesel «Ne pas oublier, ne rien effacer : voilà la hantise des survivants. Plaider pour les morts, défendre leur mémoire, leur humanité.» Gandhi «C'est le pardon qui est supérieur à tout. La vengeance n'est que faiblesse, née de la peur réelle ou imaginaire de subir un tort.» paul Ricœur. « Il est difficile de situer correctement l'idée de pardon sur la trajectoire dessinée par les trois termes: sanction - réhabilitation - pardon. On peut dire de lui deux choses contradictoires, mais peut-être également nécessaires, voire complémentaires, concernant le lien entre le pardon et toutes les formes juridiques englobant la sanction, la réhabilitation, la grâce et l'amnistie.

dissertation philosophie autrui

Philosophie au bac forum littéraire

Et les juges, c'est vous. Toutefois, je ne voudrais pas qu'on prenne cette absence de jugement explicite de ma part pour un pardon indiscriminé. Non, je n'ai pardonné à aucun des coupables, et jamais, ni maintenant ni dans l'avenir, je ne leur pardonnerai, à moins qu'il ne s'agisse de quelqu'un qui ait prouvé - faits à l'appui et pas avec des mots ou trop tard - qu'il est aujourd'hui. Dans ce cas là alors, oui, bien que non chrétien, je suis prêt à pardonner, à suivre le précepte juif et chrétien qui engage à pardonner à son ennemi ; mais un ennemi qui se repent n'est plus un ennemi » (1976). Si c'est un homme, appendice, julliard, 1987,. « Dans un texte polémique justement intitulé «L'imprescriptible jankélévitch déclare you qu'il ne saurait être question de pardonner des crimes contre l'humanité, contre l'humanité de l'homme : non pas contre des «ennemis (politiques, religieux, idéologiques mais contre ce qui fait de l'homme un homme - c'est-à-dire contre. De façon analogue, hegel, grand penseur du «pardon» et de la «réconciliation disait que tout est pardonnable sauf le crime contre l'esprit, à savoir contre la puissance réconciliatrice du pardon ».

dissertation philosophie autrui

Philosophie autrui — wikilivres

Et ce n'est pas un hasard si elle a lieu dans les tout derniers jours du lager, alors que celui-ci est en add voie de désagrégation et que le système concentrationnaire ne fonctionne plus. D'ailleurs, à l'époque où ce livre a été écrit, c'est-à-dire en 1946, le nazisme et le fascisme semblaient véritablement ne plus avoir de visage ; on aurait dit - et cela paraissait juste et mérité - qu'ils étaient retournés au néant, qu'ils s'étaient évanouis comme. Comment aurais-je pu éprouver de la rancœur envers une armée de fantômes, et vouloir me venger d'eux? Dès les années qui suivirent, l'Europe et l'Italie s'apercevaient que ce n'étaient là qu'illusion et naïveté : le fascisme était loin d'être mort, il n'était que caché, enkysté ; il était en train de faire sa mue pour réapparaître ensuite sous de nouveaux dehors, un peu moins. Je dois avouer que face à certains visages, à certains vieux mensonges, aux manœuvres de certains individus en mal de respectabilité, à certaines indulgences et connivences, la tentation de la haine se fait sentir en moi, et même violemment. Mais je ne suis pas un fasciste, je crois dans la raison et dans la discussion comme instrument suprême de progrès, et le désir de justice l'emporte en moi sur la haine. . c'est bien pourquoi, lorsque j'ai écrit ce livre, j'ai délibérément recouru au langage sobre et posé du témoin plutôt qu'au pathétique de la victime ou à la véhémence du vengeur : je pensais que mes paroles seraient d'autant plus crédibles, qu'elles apparaitraient plus objectives et dépassionnées ;.

L'imprescriptible, seuil, 1986,. « Dans votre livre, on ne trouve pas trace de haine à l'égard des Allemands ni même de rancœur ou de désir de vengeance. La haine est assez étrangère à mon tempérament. Elle me paraît un sentiment bestial et grossier, et, dans la mesure du possible, je préfère que mes pensées et mes actes soient inspirés par la raison ; c'est pourquoi je n'ai jamais, pour ma part, cultivé la haine comme désir primaire de revanche, de souffrance. Je dois ajouter, à en juger par ce que je vois, que la haine est personnelle, dirigée contre une personne, un visage ; or comme on peut voir dans les pages mêmes de ce livre, nos persécuteurs n'avaient pas de nom, ils n'avaient pas de visage. Prudemment le système nazi faisait en sorte que les contacts directs entre les esclaves et les maîtres fussent réduits au minimum. Vous aurez sans doute remarqué que le livre ne mentionne qu'une seule rencontre de l'auteur-protagoniste avec un ss -.

Bienvenu sur sos philo

dissertation philosophie autrui

Mitia rioux-beaulne departement de philosophie

Mais la parole de compréhension, nous l'aurions accueillie avec gratitude, les larmes aux yeux. En fait de repentir, les Autrichiens nous ont fait cadeau du honteux acquittement des bourreaux. . Et j'ajoute encore ceci: je ne vois pas pourquoi ce serait à nous, les survivants, à pardonner. Craignons plutôt que la complaisance à notre belle âme et à notre noble conscience, craignons que l'occasion d'une attitude pathétique et la tentation d'un rôle à jouer ne nous fassent un jour oublier les martyrs. Il ne s'agit pas d'être sublime, il suffit d'être fidèle et sérieux. Au fait, pourquoi nous réserverions-nous ce rôle magnanime du pardon?

Comme me l'écrivait en termes admirables un chrétien pravo-slave,. Olivier Clément, c'est aux victimes essay à pardonner. En quoi les survivants ont-ils qualité pour pardonner à la place des victimes ou au nom des rescapés, de leurs parents, de leur famille? Non, ce n'est pas à nous de pardonner pour les petits enfants que les brutes s'amusaient à supplicier. Il faudrait que les petits enfants pardonnent eux-mêmes. Alors nous nous tournons vers les brutes, et vers les amis de ces brutes, et nous leur disons : demandez pardon vous-mêmes aux petits enfants. .

Notre horreur pour ce que l'entendement à proprement parler ne peut concevoir étoufferait la pitié dès sa naissance. Si l'accusé pouvait nous faire pitié. L'accusé ne peut jouer sur tous les tableaux à la fois: reprocher aux victimes leur ressentiment, revendiquer pour soi-même le patriotisme et les bonnes intentions, prétendre au pardon. Il faudrait, pour prétendre au pardon, s'avouer coupable, sans réserves ni circonstances atténuantes. C'est aujourd'hui la première fois depuis 1945 que des Allemands font mine de s'excuser; ils découvrent qu'ils ont peut-être certains comptes à nous rendre, et on nous fait l'aumône de quelques explications. Si nous n'avons pas entendu plus tôt un mot de compréhension, c'est, paraît-il, que nous avons fui le contact avec les Allemands.


Était-ce à l'offensé à chercher ce contact? Les Allemands et les Allemandes n'y ont donc pas pensé tout seuls? Auraient-ils eu l'idée d'écrire tant de belles lettres émues aux hebdomadaires si nous n'avions pas protesté contre la prescription? Rien ne prouve mieux, en tout cas, le manque de spontanéité d'une certaine jeunesse allemande, son peu d'empressement à aller au-devant des victimes sa foncière bonne conscience. Devancer sa victime, c'était cela: demander pardon! Nous avons longtemps attendu un mot, un seul, un mot de compréhension et de sympathie. L'avons-nous espéré, ce mot fraternel! Certes nous ne nous attendions pas à ce qu'on implorât notre pardon.

L apprentissage de la réflexion en classe

On ne peut rien. On ne redonnera pas la vie à cette immense montagne de cendres misérables. On ne peut pas punir le criminel d'une punition proportionnée à son crime : car auprès de l'infini toutes les grandeurs finies tendent à s'égaler ; en sorte que le châtiment devient presque indifférent ; ce qui est arrivé est à la lettre inexpiable. On ne sait même plus à qui s'en prendre, ni qui accuser. . Mais nous ont-ils jamais demandé pardon? C'est la détresse et dream c'est la déréliction du coupable qui seules donneraient un sens et une raison d'être au pardon. Quand le coupable est gras, bien nourri, prospère, enrichi par le «miracle économique le pardon est une sinistre plaisanterie. Non, le pardon n'est pas fait pour les porcs et pour leurs truies. Le pardon est mort dans les camps de la mort.

dissertation philosophie autrui

« faire du savon ou des abat-jour avec la peau des déporté fallait y penser. Il faut être un vampire-métaphysicien pour faire cette trouvaille. Qu'on ne s'étonne donc pas si un crime insondable appelle en quelque sorte une méditation inépuisable. Les inventions inédites de la cruauté, les abîmes de la perversité la plus diabolique, les raffinements inimaginables de la haine, tout cela nous laisse muets, poultry et d'abord confond l'esprit. On n'en a jamais fini d'approfondir ce mystère de la méchanceté gratuite. A proprement parler, le grandiose massacre n'est pas un crime à l'échelle humaine ; pas plus que les grandeurs astronomiques et les années-lumière. Aussi les réactions qu'il éveille sont-elles d'abord le désespoir et un sentiment d'impuissance devant l'irréparable.

promesses, sert à disposer, dans. Si nous n'étions pardonnés, délivrés des conséquences de ce que nous avons fait, notre capacité d'agir serait comme enfermée dans un acte unique dont nous ne pourrions jamais nous relever; nous resterions à jamais victimes de ses conséquences, pareils à l'apprenti sorcier qui, faute. Si nous n'étions liés par des promesses, nous serions incapables de conserver nos identités; nous serions condamnés à errer sans force et sans but, chacun dans les ténèbres de son cœur solitaire, pris dans les équivoques et les contradictions de ce cœur - dans des. Condition de l'homme moderne, calmann-lévy,. Traduction de georges Fradier. Vladimir Jankélévitch « . L'extermination des juifs est le produit de la méchanceté pure et de la méchanceté ontologique, de la méchanceté la plus diabolique et la plus gratuite que l'histoire ait connue. Ce crime n'est pas motivé, même par des motifs «crapuleux». Ce crime contre-nature, ce crime immotivé, ce crime exorbitant est donc à la lettre un crime «métaphysique» ; et les criminels de ce crime ne sont pas de simples fanatiques, ni seulement des doctrinaires aveugles, ni seulement d'abominables dogmatiques : ce sont, au sens propre du mot. Oublier ce crime gigantesque, ce crime contre l'humanité serait un nouveau crime contre le genre humain ».

Donne-nous aujourd'hui notre pain writing de ce jour, pardonne nos offenses à ceux qui nous ont offensés. Et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du mal. Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre père céleste vous les pardonnera ; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre père ne vous pardonnera pas non plus ». Le pardon ( placabilitas ) est un devoir de l'homme ; mais il ne doit pas être confondu avec la veule patience à supporter les offenses ( ignava iniuriarium patientia comme renonciation aux moyens rigoureux ( rigorosa ) pour prévenir l'offense répétée d'autrui ; car ce serait. Métaphysique des mœurs, doctrine de la vertu, vrin,. Hannah Arendt, «contre l'irréversibilité et l'imprévisibilité du processus déclenché par l'action le remède ne vient pas d'une autre faculté éventuellement supérieure, c'est l'une des virtualités de l'action elle-même. La rédemption possible de la situation d'irréversibilité - dans laquelle on ne peut défaire ce que l'on a fait, alors que l'on ne savait pas, que l'on ne pouvait pas savoir ce que l'on faisait - c'est la faculté de pardonner. Contre l'imprévisibilité, contre la chaotique incertitude de l'avenir, le remède se trouve dans la faculté de faire et de tenir des promesses.

Philosophie, soutien scolaire, philosophie

Fiches de révision pour l'oral du bac, commentaires composés, explications de texte, lectures analytiques et dissertations corrigés pour les lycéens m référence pour les lycéens des corrigés et résumés dans les matières littéraires! La majorité des fiches présentes ou référencées sur le site sont entièrement gratuites mais l'accès à certains corrigés réalisés par des professeurs sont payants. Inscrivez vous sur m, voir les dernières demandes de corrigés. Laurence hansen-love professeur agrégé de philosophie, enseignant à paris. Directrice de collections (Hatier et Belin). . Philosophie de a à z ( en collaboration hatier et de, cours particulier de philosophie, belin. . Anime m, ce que vous trouverez-ici! Lire, le sermon sur la montagne, evangile selon St Matthieu, en particulier :. « Voici comment vous prierez : notre pere, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, et que ton règne movie vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.


dissertation philosophie autrui
All products 36 Artikelen
Laurence hansen-love professeur agrégé de philosophie, enseignant à paris. Directrice de collections (Hatier et Belin). Auteur de Philosophie de a à z (en collaboration hatier et de cours particulier de philosophie, belin.

5 Comment

  1. Une approche par compétences en philosophie? Michel tozzi, professeur de philosophie dans un lycée technique pendant 26 ans, professeur émérite des Universités en sciences de léducation à montpellier 3, didacticien de la philosophie. Lire le sermon sur la montagne, evangile selon St Matthieu, en particulier :. « voici comment vous prierez : notre pere, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, et que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au nne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour, pardonne nos offenses à ceux.

  2. Religious research papers rainwater harvesting essay in kannada essay om mig selve research paper on special economic zones writing the successful thesis and. Corrigés de résumés, commentaires composés, dissertations en français, philosophie, histoire, géographie et ses. Notions et méthodes pour préparer le bac. Colloque «Philosophie de lenseignement Enseignement de la philosophie» : de la transmission des savoirs à la formation des compétences.

  3. La dissertation est avant tout une question de méthode. Si vous acquérez en cours dannée les fondamentaux, vous ne serez pas démuni le jour de lépreuve de philosophie. M aide les élèves de terminales dans la préparation du bac, les élèves de classes prépa dans celle de leur concours, ceux de fac dans leurs recherches, et enfin tous les curieux de sciences humaines à étancher leur soif de savoir. Bonjour (et merci pour votre site qui mest souvent utile je suis en licence de philosophie et jai une dissertation à faire sur ce thème: toute philosophie est-elle libératrice?

Leave a reply

Your e-mail address will not be published.


*